Syndicat des Instituteurs et Professeurs des Écoles. Section des Landes
Maison des syndicats 97 Place de la caserne Bosquet BP 217 - 40000 MONT DE MARSAN |
05 58 46 23 23 | 06 52 66 61 83
snudi-fo40@wanadoo.fr

Plan : Accueil > Rubriques Spéciales > Vous êtes dans la rubrique : Éditorial

1-Pour FO, la mobilisation s’impose au plus vite...

Publié le 28 août 2018

Dérèglementation, simplification, libéralisation à outrance sont les maîtres-mots du Président MACRON et de son gouvernement. Ceci explique leur détermination à vouloir modifier systématiquement, en profondeur, à tous les niveaux et dans tous les secteurs, ce qui fondait jusque-là les relations de travail entre les salariés et les patrons, relations fondées par 150 années de luttes et de résistances de la classe ouvrière organisée.

C’est bien un changement total de société que «  Jupiter » a entrepris, bien aidé en cela par le bilan du quinquennat précédent en se fixant les objectifs formulés par Denis Kessler, vice-président du Medef en 2007 : « Il s’agit aujourd’hui de sortir de 1945, de défaire méthodiquement le programme du Conseil National de la Résistance. » Macron a résumé son programme : « Il faut mettre fin à la société des statuts. »

Ainsi, des ordonnances promulguées fin septembre 2017 qui amplifient l’inversion de la hiérarchie des normes et donnent la possibilité aux patrons de déroger au code du travail, à la suppression du statut des cheminots par la loi Macron/Borne (contre-réforme de la SNCF) pour livrer les salariés à la concurrence privée, en passant par Parcoursup’ qui exclut des dizaines de milliers de bacheliers des filières universitaires de leur choix, les privant ainsi de la possibilité d’obtenir un grade universitaire reconnu dans les conventions collectives, ce sont bien tous les droits collectifs qui sont au bout du fusil.

En témoigne, dans notre profession, les conséquences de la mise en oeuvre de l’évaluation des enseignants inscrite dans PPCR : des rapports subjectifs, des avis injustifiés et injustifiables, des appréciations clientélistes qui écartent des promotions certains de nos collègues les plus âgés et écartera nombre d’entre nous pour une raison ou pour une autre, faisant fi parfois du coeur même de notre métier, l’enseignement ; c’est inadmissible ! FO revendique plus que jamais le retrait de PPCR pour une remise à plat complète du volet « avancement et évaluation ». En remisant au placard l’Ancienneté Générale des Services-AGS- lors des campagnes de promotions,le ministère instaure dans l’Education Nationale, le salaire au mérite, l’arbitraire et l’individualisation, jusque-là contrecarrés par le statut et les droits collectifs, défendus notamment dans les CAPD que Darmanin, Ministre de l’action et des comptes publics, veut dépouiller de leurs principales prérogatives de contrôle.

Dans quel objectif tout ceci, sinon pour aller vers une société d’individus sans droits, ubérisés et livrés à eux-mêmes et donc mieux exploitables ? Et c’est ainsi que une réforme des retraites est une nouvelle fois à l’ordre du jour, mais celle-ci sera structurelle. Le gouvernement Macron/Philippe tente de faire avaler la pilule en avançant l’argument : « un euro cotisé donne les mêmes droits » . C’est un nouveau mensonge ! Ce système d’un euro cotisé ne donnera pas les mêmes droits à tout le monde. Le but c’est encore une fois de permettre au capital financier de récupérer l’argent des retraites, de supprimer le Code des pensions civiles et militaires, le régime général et les régimes spéciaux. La retraite par points est évidemment une hypocrisie de plus, d’abord et avant tout parce que la valeur du point pourra varier en fonction du contexte économique et du budget de l’Etat et donc revu à la baisse au nom de la diminution des déficits publics.

La retraite par points, c’est également l’individualisation des droits puisque chacun cotisera comme il le voudra, enfin surtout comme il le pourra, en fonction des aléas de la vie (temps partiel, maladie, chômage,...) qui impacteront inévitablement les montants des retraites.

Depuis des dizaines d’année, Force Ouvrière combat les contre-réformes successives des retraites qui, certes, si elles ont abouti à l’allongement des années de cotisation et à l’augmentation de l’âge légal de départ, n’ont jamais atteint leur principal objectif : la remise en cause de la retraite par répartition.

On ne peut donc pas tomber dans le piège de la revendication « pour des retraites de haut niveau » prônée par certains. Défendre les retraites, c’est lutter pour conserver la retraite par répartition, c’est exiger le maintien de tous les régimes existants, c’est la seule solution.

Dans ce contexte et face aux régressions sociales qui s’abattent sur l’ensemble des salariés, tant du public que du privé, il est plus qu’indispensable de réaffirmer la nécessité d’un mouvement interprofessionnel de grande ampleur et, si les conditions sont réunies, continu, pour mettre fin au plus vite au rouleau compresseur antisocial, d’une violence inouïe, de nos gouvernants actuels et pour gagner sur nos revendications.

On ne peut donc que se féliciter de la déclaration de la Commission Exécutive Confédérale FO qui indique qu’ « une prochaine réunion intersyndicale est programmée fin août, à la Confédération FO, en invitant toutes les organisations syndicales et de jeunesse. La Commission Exécutive décide de se réunir juste après celle-ci pour traduire concrètement les modalités d’actions. »

Quoiqu’il en soit, c’est par vos adhésions et par vos votes aux prochaines élections professionnelles 2018 que nous pourrons continuer à vous représenter, à nous mobiliser pour votre défense, à porter vos revendications. Plus que jamais, le SNUDI-FO 40 restera libre et indépendant des influences politiques et des pratiques pédagogiques (dans le respect de la liberté pédagogique et de l’indépendance professionnelle), pour la défense du statut général, de nos statuts particuliers, des intérêts individuels garantis par nos droits collectifs.

Bon courage à toutes et à tous pour cette nouvelle année scolaire !

Capbreton, le 20 août 2018

Marc GUYON

Secrétaire départemental du SNUDI-FO 40


calle
calle
calle

Rechercher sur le Site

Documents Annexés

Enregistrer au format PDF
Article au format PDF

SPIP 2.0.25 [21260] habillé par le Snudi Fo
Suivre la vie de ce site RSS - Accès rédacteurs